Chroniques,  New romance

Avis | Une lueur d’espoir – K.A. Tucker

Résumé:

Catherine Wright habite en Pennsylvanie, dans une petite ville où la population atteint tout juste deux mille habitants en dehors de la saison touristique. Elle est serveuse et s’occupe de sa fille de cinq ans. Une nuit, alors qu’elle rentre dans le brouillard d’un énième  » blind date  » organisé par sa patronne et amie Lou, elle tombe sur une voiture encastrée dans un arbre. Elle intervient et parvient à sauver la vie d’un des occupants avant que le véhicule s’embrase.

Elle ne saura que bien plus tard qui elle a sauvé : Brett Madden. La star de hockey, héros national. Mais Catherine a déjà eu son heure de gloire quelques années auparavant, et la dernière des choses qu’elle souhaite, c’est d’être à nouveau sous la lumière des projecteurs et de voir son passé ressurgir. Elle ne révèle pas son identité. Et ça marche. Un moment…
Jusqu’au jour où elle trouve l’homme qu’elle a sauvé devant sa porte. Il veut juste la remercier, mais il va bouleverser sa vie.

L’amitié qu’ils ressentent l’un pour l’autre, dès les premiers mots échangés, se transforme peu à peu en quelque chose de plus profond que ni l’un ni l’autre ne s’attendait à ressentir. Un sentiment que Catherine n’est pas certaine de pouvoir gérer, un sentiment auquel elle a du mal à croire…

Comment une superstar comme Brett Wadden pourrait-il s’intéresser à une femme aussi normale que Catherine ? Combien de temps avant que cette étincelle qu’elle voit briller dans ses yeux ne s’éteigne ?

 

Avis:

Pour commencer, je tiens à dire que je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire qu’est Une lueur d’espoir. Je me suis dit « chouette, un gros pavé, l’histoire d’amour va être bien développée et va être plutôt lente, ce sera plus réaliste ». Mais en fait, ce roman n’est pas concentré sur la romance, mais sur la vie de Catherine Wright, mère célibataire qui se bat pour offrir une vie décente à sa fille.

Le roman commence par une partie du passé de Catherine, ce que j’ai beaucoup aimé car on comprend directement les difficultés qu’elle va rencontrer dans sa vie, mais on va aussi faire la connaissance de plusieurs personnages. On rentre ainsi dans la petite bulle fermée de la vie de Cathy, et ça nous rapproche d’elle. On comprend aussi le lien qu’elle a avec plusieurs personnages de l’histoire, notamment sa patronne, qui est un personnage que j’ai beaucoup aimé.

Pour parler des personnages, j’ai eu un coup de coeur pour certains, tout comme j’en ai détesté d’autres. Pour commencer, Catherine est une jeune femme simple, qui a une vie très banale, plutôt pauvre et qui est très proche de sa fille. Je l’ai beaucoup aimée car son personnage est très réaliste. Sa fille, Brenna, est pour moi le meilleur personnage de l’histoire. C’est une bouffée d’air frais, un rayon de soleil qui va nous mettre le sourire aux lèvres rien que par sa présence. Brett est une célébrité mais il est très terre à terre, très gentleman, galant, généreux, enfin bref, le personnage masculin « parfait ». Par contre, j’ai vraiment détesté la collègue de Cathy, une jeune femme intéressée par l’argent et la célébrité. Heureusement que Cathy est forte d’esprit et assez intelligente pour ne pas l’écouter, sinon ça aurait été un fiasco. En fait, c’est typiquement le genre de personnage qui peut gâcher toute l’histoire.

Enfin, par rapport à l’histoire d’amour, je n’ai pas vraiment accroché. Personnellement je ne l’aurait pas classée en tant que New Romance car elle est vraiment très longue à démarrer, et une fois qu’elle est là, et bien elle n’est pas transcendante, ni addictive.

Pour conclure, Une lueur d’espoir est un roman qui met en avant un personnage qu’on pourrait qualifier de banal pour qui la vie va changer. La vie de serveuse de Cathy va être compromise à cause de l’acte héroïque qu’elle va accomplir. Comment gérer la soudaine apparition de dizaines de journalistes et paparazzis devant chez soi ? En tout cas, on ne peut pas dire que le métier de journaliste soit mis en avant dans ce roman. Ici, ce sont tous des rapias prêts à inventer des histoires pour faire le buzz et gagner de l’argent. En tant que lecteur, on s’accroche donc au côté « humain » de l’histoire. Je n’ai pas eu de coup de coeur pour ce roman mais j’ai trouvé que Brenna sauvait la mise.

 

Pages: 648

Édition: Hugo Poche

Date: 14 Février 2019

 

Ma note: 16/20

 

« Tu sais qu’aucune relation n’est jamais certaine.
– Je sais.
– Dans la vie, les bonnes choses n’arrivent que quand on prend des risques.
– Je sais.
– Il faut toujours prendre des risques.
– Tu t’es remises à lire tes citations inspirantes ?
– C’est un superbe calendrier : 365 citations pour 365 jours, dit-elle en me faisant un clin d’œil. Je t’en offrirait un à Noël. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *