Chroniques,  New romance

Avis | Mon coeur de battre s’est arrêté – Alexandra Lanoix

Résumé:

Mary Banks est une jeune femme à la tête d’une entreprise high-tech des plus rentable aux États-Unis. Elle a tout pour être heureuse : riche, intelligente, un peu rebelle… Pourtant, une terrible nouvelle vient assombrir son brillant avenir. On vient de lui annoncer qu’elle a un cancer incurable. Sa sœur, Helen, est dévastée en apprenant la nouvelle et souhaite que Mary se batte pour rallonger sa vie de quelques mois, ce que refuse catégoriquement Mary, qui ne veut pas de traitement. Elle ne souhaite pas passer le restant de ses jours dans un hôpital à subir les effets secondaires de la chimio.

Son boulot au sein de l’entreprise et ses jumeaux, qu’elle élève seule, ne permettent pas à Helen de courir après sa sœur, qui n’a de cesse de la contrecarrer. Elle va alors implorer Mary d’engager un infirmier pour veiller sur elle. Lasse de ses supplications, Mary cède à la demande de son aînée pour l’apaiser… et fait la connaissance du docteur Wyatt Delaney, un médecin charismatique, doué et très peu conventionnel. Mais il a lui aussi de graves problèmes à régler, et une sœur à ses basques?! Très vite, elle tombe sous son charme, mais refuse toute relation intime avec lui.

Peut-on s’autoriser à aimer lorsqu’on se sait condamné?

 

Avis:

On suit ici Mary Banks, atteinte d’un cancer, qui va engager Wyatt Delaney en tant qu’infirmier pour veiller sur elle. Mary Banks et l’archétype de la femme riche et « je m’enfoutiste ». Elle a tout pour elle et rien ne semble l’atteindre, pas même son cancer. Est-ce pas force ou par déni ? Mary a une soeur (très collante, mais ça peut se comprendre) qui va la forcer à prendre soin d’elle. La relation entre les deux personnages est assez compliquée. Même si on sent que l’amour qu’à Helen pour sa soeur est réciproque du côté de Mary, les deux n’arrivent jamais à s’entendre car elles sont complètement différentes.

Mais on se doute bien que leur ennemi commun est le cancer, chose que Mary n’arrive pas à assimiler. Je trouve que ce côté de l’histoire est très intéressant car ça montre que la réaction de l’entourage lorsqu’on a un cancer incurable est parfois mauvaise. Mais d’un autre côté, on peut tout à fait comprendre la réaction de la famille. Faut-il faire comme si de rien était ? On peut se douter que pour Helen, la situation est très compliquée, d’autant plus que Mary semble tout prendre à la légère.

Wyatt, quant à lui, est un médecin renommé. Cependant, pourquoi postule-t-il en tant qu’infirmier ? Cache-t-il quelque chose ? On pourrait dire que Wyatt est l’équivalent masculin de Mary. Donc autant vous dire que ce roman n’est pas un long fleuve tranquille. Entre les deux c’est plutôt « haïs moi je te suis ». Cependant Wyatt n’est pas aux petits soins avec Mary, et c’est tout ce qu’elle recherchait. J’ai trouvé ce personnage très touchant, malgré son gros côté sûr de lui, je pense que son comportement est le comportement idéal pour toute personne se retrouvant dans la situation de Mary.

Au début, je pensais que c’était un roman tout doux, malgré la situation, mais à partir de la moitié, il y a beaucoup de rebondissements. On découvre certains personnages tels que l’on ne les aurait jamais imaginés. Et puis la fin est tellement forte… limite violente. Je ne m’attendais à rien en commençant ce livre, je n’ai fait aucune supposition. Je ne peux pas en dire plus, et de toute façon je ne pourrais pas décrire ce que je ressens par rapport à ça.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé ce roman. L’écriture est fluide, on ne s’ennuie pas. Malgré le fait que tous les personnages semblent se détester, ce roman permet de nous faire réfléchir à la situation de Mary. Que faire lorsqu’on connait l’heure de sa mort, et qu’elle est proche ? On voit aussi que le comportement de la famille joue beaucoup, mais que rien n’est facile des deux côtés.

 

Pages: 450

Édition: Amazon

Date: 1 Mai 2020

 

Ma note: 16/20

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *