Chroniques,  New romance

Avis | Just 17 – Emma Green

Résumé:

Une lycéenne rebelle. Un professeur hipster.
Un amour interdit.
Onze ans les séparent.
Mais la morale ne peut rien contre l’amour.
Elle est bien plus que son élève.
Il lui est formellement interdit.
Elle a tout à apprendre.
Il a tant à perdre…
Elle n’a que 17 ans.
Mais elle sait ce qu’elle veut : lui.

 

Avis:

C’est le premier roman que je lis de ces autrices, et quelle surprise ! Pour résumer: ce fut un coup de coeur intersidéral !

On suit ici Lemon, une jeune fille en terminale, plutôt rebelle, qui va déménager chez son oncle ultra riche, et qui va aller dans un lycée « haut de gamme ». C’est donc un très gros changement pour elle, qui va être la risée de critiques et mauvais coups.

Une seule personne dans ce lycée n’appartient pas à ce monde embourgeoisé: son professeur d’histoire, Roman Latimer. Celui-ci va donc être intrigué par cette jeune fille et son comportement plutôt rebel, et il va essayer de l’aider. Malgré sa grosse fierté, Lemon va se sentir épaulée et les deux vont finir par se rapprocher, plus qu’ils n’y pensaient

Ce roman traite donc d’un amour interdit: un amour entre une élève et son professeur. J’ai trouvé que ce thème fut manié à la perfection de la part des autrices. Les deux personnages sont un peu seuls contre tous. Ils n’appartiennent pas aux même monde que les autres, mais ils n’essaient pourtant pas d’en faire partie.

On peut donc dire que ce roman traite de l’acceptation de soi et des autres. En effet, il y a beaucoup de taboos et les personnages sont tous atypiques: homosexualité, amour interdit, mélange de classes sociales, différence d’âge, etc. Par contre, il faut savoir que les autrices sont contre ces taboos (du moins dans ce roman). Roman et Lemon ne sont donc pas dérangés par leur différence d’âge. C’est un amour interdit à cause de leurs rangs de professeur et d’élève, et non de leurs 11 ans d’écart. C’est une chose qui m’a un peu interpellée au début du roman, car Roman aurait pu en tant que professeur limiter ses gestes et ses paroles. Or, l’attirance est plus forte. Cela a par contre dérangé plusieurs lecteurs, ce que je peux comprendre. Cependant j’ai préféré passer outre pour profiter pleinement du roman.

Je ne sais que dire de plus, mise à part que ce fut un énorme coup de coeur. Ce roman a été une véritable addiction pour moi, au même stade d’After d’Anna Todd. Je n’ai pas pu lâcher le livre avant de l’avoir finit. Et après ma petite « dépression » post lecture, j’ai finit par relire tous les passages croustillants. Je n’ai plus eu envie de lire de New Romance après ça car j’avais trop peur d’être déçue des romans suivants.

Pour conclure, j’ai trouvé ce roman ultra addictif. Les messages passés sont très beaux. La romance interdite est très passionnelle, et j’ai A-DO-RÉ Roman et Lemon qui ont été créés à la perfection par les autrices. Je préfère ne pas en dire plus pour que vous découvriez par vous-mêmes tous les autres points positifs de cette histoire. Pour ma part, je vais commencer à me procurer tous leurs romans, car ce fut une très belle découverte.

 

Pages: 373

Édition: Addictive

Date: 16 Décembre 2019

 

Ma note: 20/20

 

« Je comprends que, désormais, il y aura des jours où c’est elle qui aura besoin de moi, de mon oreille attentive, de mon épaule pour qu’elle puisse y pleurer, s’y appuyer, l’aider à se relever. C’est peut-être ça grandir, finalement, quitter l’enfance pour devenir une adulte : c’est tendre la main à sa mère et la tirer vers le haut quand elle en a besoin. Après tout, elle a passé dix-huit ans à m’élever, c’est juste mon tour. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *