Chroniques,  Contemporaine

Avis | Coup de grâce – Danielle Steel

Résumé

Sydney Wells menait une vie idyllique jusqu’à la mort tragique de son mari dans un accident de la route. Absente du testament, elle est chassée de la propriété familiale par ses belles-filles, uniques héritières de la considérable fortune de son défunt époux. Alors qu’on lui offre l’opportunité de retourner à sa première passion, la mode, en tant que styliste, Sydney saisit sa chance. Naïve et manquant d’expérience, refusant d’écouter les mises en garde de ses propres filles, elle se laisse cependant vite piéger dans cet univers impitoyable…

Humiliée et ruinée, la jeune veuve n’a plus d’autre choix que de repartir de zéro. Mais où trouver la force nécessaire pour cela ? Entre New York et Hong Kong, avec dignité et courage, Sydney s’efforce pourtant coûte que coûte de se réinventer. À la clé, un avenir plein de promesses en terre inconnue, dont elle pourra être fière…

 

Avis

On suit ici l’histoire de Sydney, mère de deux filles et veuve. Malheureusement, son défunt mari n’ayant pas mis à jour son testament, elle est chassée de chez elle par sa belle famille. Sydney doit alors recommencer une nouvelle vie et retrouver du travail. Malheureusement, tout ne va pas se passer comme prévu, et l’héroïne va vivre plein de péripéties qui vont parsemer sa vie d’embuches.

Sydney est un personnage attachant, et toutes les épreuves qu’elle vit après la mort de son mari renforcent ce sentiment. Elle ne se laisse pas abattre et fait tout pour retrouver une vie stable, même si son entourage désapprouve certains de ses choix. Je trouve ça très courageux de sa part. J’ai aussi beaucoup aimé son collègue de travail, Ed, qui apport beaucoup de légèreté et d’humour dans le récit.

Coup de grâce est un roman sur la mode, et ça on ne peut pas le louper avec tous ces champs lexicaux. :’) J’ai trouvé ça intéressant au début, mais j’avoue qu’à la longue ça m’a un peu ennuyée. J’aurais aimé plus de diversité dans le roman, mais je pense que c’est un choix de l’autrice. On assiste alors à toutes les petites taches du métier de Sydney, l’envers du décor en quelque sorte.

Pour conclure, j’ai fini ce roman en ayant un avis mitigé. Le fait qu’il ne soit concentré que sur la mode et qu’il soit court m’a empêchée de mon plonger à 100% dedans. Néanmoins, l’autrice délivre de très beaux messages concernant la famille, les trahisons et les préjugés. J’ai encore une fois beaucoup aimé la plume de Danielle Steel ainsi que les descriptions tout au long du roman. Ce fut un beau voyage à New York.

 

Pages: 312

Édition: Presses de la cité

Date: 13 Août 2020

 

« Elle se voyait dépossédée de tout, pas seulement de ses tableaux et de ses meubles, mais aussi de la maison qui avait été son refuge, de son statut d’épouse, de son sentiment de sécurité, et de tous les vestiges de sa vie avec lui. D’Andrew, il ne lui restait plus que le nom. »

 

PS: Je remercie les éditions Presses de la cité pour ce service presse !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *