Chroniques,  New romance

Avis | Les oubliés de Noël – Manon Kaljar

Résumé

Les cadeaux ne viennent pas toujours du Père Noël

Bénévole pour l’aide alimentaire aux sans-abri de Londres, Elliott a déjà été confronté à beaucoup de situations inattendues, mais c’est la première fois qu’il se retrouve nez à nez avec une star en fuite. Malgré lui, il décide de prendre l’inconnue sous son aile et l’invite à découvrir un monde à l’opposé du sien, loin de l’hypocrisie et des paillettes.

Cet univers de faux-semblants, Cassiopée espère le quitter pour enfin passer un Noël sous le signe de la bienveillance et au sein d’une famille. Alors en dépit des réticences d’Elliott, qui fuit comme la peste ce milieu de faste et de paparazzis, la jeune femme saisit cette occasion unique d’aider et de faire le bien au côté des volontaires de l’association. Après tout, leurs univers ne sont peut-être pas si éloignés que ça…

Quand l’ombre des rues rencontre la lumière des projecteurs, tous les espoirs sont permis. Même celui de fêter Noël au chaud !

 

« Aider, ce n’est pas juste apporter à manger, c’est accompagner les gens, savoir les écouter, leur tendre la main, c’est faire passer les besoins des autres avant les siens. Alors merci à tous ceux qui m’ont montré le chemin et m’ont appris qu’un simple sourire ou une poignée de main étaient tout aussi importants et utiles qu’un gros chèque. À l’heure où les réseaux sociaux ont envahi nos vies, n’oublions pas que ce qui nous rend humains, c’est notre capacité à interagir les uns avec les autres. »

 

Avis

Mon premier livre de noël de l’année, et ce fut une bonne lecture

On suit ici Elliott (tout le roman est écrit via son point de vue), un bénévole qui vient en aide aux sans-abris de Londres. Mais un soir, il se retrouve face à une star en fuite, Cassiopée. Malgré son caractère bourru, il décide de lui venir en aide et la sauve des paparazzis affamés de potins. Ils vont alors faire connaissance et apprendre à mettre les préjugés de côté.

J’ai beaucoup aimé le thème de ce roman qui met en avant une association caritative qui vient en aide aux sans-abris. Je me suis alors rendue compte que les romans de noël sont tous tournés autour de la joie, des vacances et des réunions de famille. Mais l’autrice nous fait une piqûre de rappel en mettant en scène ces « oubliés de noël« . Cela crée alors un mélange entre thème joyeux et histoire triste, qui est très original.

Un autre point original du roman est que les personnages qui nous mettent du baume au coeur sont les sans-abris, alors que ceux qui subissent des trahisons, des problèmes et des histoires de famille sont les personnages principaux. Comme quoi, « l’argent ne fait pas le bonheur ». En tant que lecteur, on va donc chercher de la joie dans les personnages qui ont la vie la moins drôle (car oui, même s’ils sont positifs, vivre dans la rue n’est pas une partie de plaisir). L’autrice met aussi en avant tous les aspects de cette vie-là: les agressions, la drogue, les problèmes des foyers, les animaux de compagnie, etc. Rien n’est laissé au hasard et chaque personnage a sa place dans le roman.

Par rapport aux personnages principaux, j’ai bien aimé Cassiopée et Elliott, même si je trouve que la façon de parler d’Elliott est un peu trop poétique à mon goût (surtout en connaissant son caractère). Quant à la petite Olivia, j’ai eu beaucoup de mal à l’imaginer comme une fille de 12 ans (je trouve plutôt qu’elle en fait 8). Cependant elle apport une touche d’innocence et de fraicheur au roman qui est indispensable. Mais mon coup de coeur va aux deux doyennes du roman: Maggie et Margaret.

Pour conclure, j’ai adoré ce roman dans la façon dont l’a construit l’autrice. Chaque personnage a un rôle qui fait avancer l’histoire, et on a des leçons a tirer dans chacun d’entre eux. Les thèmes abordés sont aussi très intéressants: la vie dans la rue, l’altruisme, les trahisons, l’abandon, les préjugés, la richesse et le statut social. J’avoue cependant avoir eu quelques problèmes avec la romance, que j’ai trouvé un peu lente. Et à force d’attendre, je n’ai pas pu ressentir la passion entre les deux personnages. Mais si on oublie la romance, je trouve que ce roman nous livre une très belle histoire.

 

Pages: 605

Édition: Hugo Poche

Date: 8 octobre 2020

 

Ma note: 15/20

 

– Ça va mieux, crapule ?

Elle renifle, essuie ses yeux rougis du revers de la main et hoche la tête avec un sourire crispé.

– Oui, même si tu avais promis de ne plus m’appeler comme ça, me blâme-t-elle d’une petite voix.

– C’est une situation exceptionnelle, je ne peux pas m’en empêcher quand tu es aussi triste. C’est mon rôle de tonton poule.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *