Chroniques,  New romance

Avis | With you – Amélie C. Astier & Mary Matthews

Résumé

Il y a quatorze ans, les vies de Reagan Kane et de Vic Kristensen se sont liées à jamais.
Ils ont été kidnappés et séquestrés durant leur adolescence.
Ensembles, ils ont vécu le pire, et dans le secret, ils se sont aimés malgré le calvaire de leur captivité.
Mais la vie les a séparés.

Aujourd’hui, alors que la justice s’apprête à être rendue, leurs chemins vont se croiser de nouveau.
Ils ont changé, et les stigmates de plusieurs années de souffrance ont forgés leurs existences.
Lorsque le présent les replonge dans leurs cauchemars du passé, Reagan et Vic vont découvrir que les blessures infligées à cet amour, sont loin d’être refermées.

 

“On peut achever quelqu’un en quelques mots, en y mettant la conviction qu’ils sont vrais, on peut le faire. On peut détruire une vie en répétant à une personne, chaque jour que dieu fait durant quatre ans, qu’elle mérite ce qui lui arrive. Les mots peuvent être la pire des armes.”

 

Avis

J’ai mis un certain temps à écrire cette chronique car tout était encore trop frais dans ma tête pour y mettre des mots. Pour résumer ma lecture en un mot, je dirai tout simplement qu’elle m’a chamboulée.

On suit ici l’histoire de Reagan et Vic, une histoire propre a eux, une histoire cruelle. Ils se font kidnapper alors qu’ils n’ont que 14 ans. Ils se retrouvent alors tous les deux dans un enfer que nous ne pouvons pas imaginer. Puis, 14 ans après, la justice s’apprête à être rendue. Ils se revoient alors, entre ces séances au tribunal. Mais rien n’a changé.

Pour commencer, j’ai absolument adoré les personnages. Ils sont tellement réalistes que cela rend l’histoire encore plus vraie. Reagan et Vic sont différents mais ils se complètent. Une mention spéciale pour Reagan, qui m’a absolument touchée au plus profond de mon coeur.

Par rapport à l’univers du récit, il est manié et décrit à la perfection. On a là une vraie dark romance. Attention, il est bien mentionné qu’elle est pour un public averti. Il y a dedans des scènes atroces de tortures physiques et verbales. Cela peut être très choquant (ça l’a été pour moi), tout est très cru et c’est ce qui rend l’ambiance plus noire. On assiste à une véritable escalade de la violence et plus on tourne les pages, plus on a peur de ce que l’on va lire par la suite. Pour être honnête, j’ai dû lire quelques passages (les pires) en diagonal, car c’était trop dur pour moi, tout simplement.

Par rapport à la romance, j’ai été époustouflée de voir comment les autrices ont réussi à s’y prendre. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, mais l’amour est le seul point positif, la seule lumière du roman. J’ai adoré de voir la façon dont ils se comportent l’un envers l’autre, c’est beaucoup trop mignon. Cela amène aussi à nous poser des questions autour de l’amour et la sexualité, tout en sachant les épreuves qu’ils traversent. Je ne pourrai pas dire si c’est réaliste ou non, mais je ne pense pas que l’on doit apporter un jugement sur cette histoire. De toute façon, je ne pense pas qu’il y ait une bonne ou une mauvaise façon de réagir dans ce cas-là.

Pour conclure, With you fut une lecture déchirante. Les événements sont très sombres, très sinistres. Pourtant, on se sent obligés de tourner les pages le plus vite pour voir ce qui se passe après. J’ai lu les 150 premières pages d’une traite et j’ai eu du mal à m’arrêter. Le côté thriller est très prenant et l’angoisse est présente tout au long du roman. Et la fin est déchirante… J’ai fermé ce roman vidée de toute émotion. Je recommande à 100% cette lecture, mais il faut vraiment faire attention car tout est très cru et certaines scènes sont choquantes.

 

Pages: 568

Édition: Milady

Date: 21 Mars 2018

 

Ma note: 19/20

 

“Il nous a laissé ces trois mois ensemble pour qu’on se raccroche à l’autre comme à notre dernière bouée, la seule capable de nous protéger et de nous maintenir en vie. Et si c’est notre force, c’est aussi notre plus grande faiblesse. On ne laissera jamais l’autre souffrir à notre place et ça nous conduira à nous laisser faire pour protéger l’autre.”

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *