Chroniques,  Polar / thriller,  Romance

Avis | Verity – Colleen Hoover

Résumé

Toute vérité n’est pas bonne à dire.

La vie a toujours souri à Verity Crawford.
Ses livres font d’elle une auteur star, sa maison du Vermont est splendide et elle forme avec Jeremy, son mari, un couple parfait. Mais un jour, sur une route, son rêve tourne au cauchemar. L’accident l’empêche d’écrire, transforme sa trop grande maison en prison, et menace de l’éloigner de Jeremy.

La vie n’a jamais été tendre avec Lowen ashleigh.
Ses livres ne rencontrent qu’un accueil poli, ses finances sont au plus mal et ses histoires d’amour sont des feux de paille. Jusqu’à ce que Jeremy la recrute pour devenir le ghostwriter de Verity et terminer à sa place sa série à succès.

Pour Lowen, aussi incongrue que soit la proposition, l’occasion est beaucoup trop belle pour ne pas la saisir, et Jeremy beaucoup trop séduisant pour qu’elle lui dise non. Mais en découvrant, dans les papiers de Verity, ce qui semble être son autobiographie, Lowen va voir se dessiner, page après page, le portrait d’une femme épouvantable, prête au plus atroce des crimes pour ne pas perdre ce qu’elle a, et prompte à toutes les perversités lorsqu’elle se sent menacée.

Et aux yeux de Verity, Lowen est désormais une menace.

 

Avis

J’ai été complètement surprise par ce roman !

On suit ici Lowen qui est engagée pour devenir le ghostwriter de Verity, une autrice à succès. En effet, après un terrible accident, elle se retrouve complètement paralysée. C’est donc son mari qui va trouver Lowen et l’engager.

J’ai acheté ce roman car Colleen Hoover est l’une des mes autrices préférées et j’étais curieuse de découvrir ce roman qui sort de la new romance. Et je n’ai pas du tout été déçue ! On est tout de suite happés par l’histoire car Lowen va carrément aménager chez eux. C’est donc un nouvel environnement, un nouveau job, bref, un nouveau départ.

Le début est plutôt lent, mais l’ambiance devient de plus en plus sombre au fil des pages. Et là je salue le talent de Colleen Hoover pour avoir su manipuler l’ambiance de l’histoire à ce point. Le cadre idyllique détonne complètement avec les moments creepy qui surviennent de plus en plus dans le roman. Et cela le rend d’autant plus angoissant. Et puis lorsque Lowen découvre l’autobiographie de Verity, on sent cette curiosité malsaine, mais qui peut toutefois être justifiée. Mais on ressent nous aussi cette curiosité, à tel point qu’on n’a qu’une envie: qu’elle replonge dans sa lecture. Cependant Lowen doit se cacher pour la lire, ce qui augmente le stress d’un cran.

Quant aux personnages, je ne me suis pas forcément attachée à eux comme pour les New Romance, mais ils ont tous quelque chose de très spécial. L’autrice sème le doute sur eux. Chaque personnage a des préjugés sur l’autre, et on ne sait plus qui croire. Cela est très déstabilisant pour nous, en tant que lecteur, mais ça nous pousse à découvrir la vérité.

Pour conclure, j’ai adoré ce roman. Je n’ai qu’une seule envie, que Colleen Hoover continue à écrire des thrillers psychologiques. Le seul petit point négatif est la fin, je dirais. Je ne pourrais pas en dire plus mais j’ai encore trop de questions qui me restent au tête.

 

Pages: 324

Édition: Hugo & Cie

Date: 1 Octobre 2020

 

Ma note: 18/20

 

“La chose que je déteste le plus dans les autobiographies, ce sont les idées fausses qui imprègnent chaque phrase. Un écrivain ne devrait jamais avoir l’audace d’écrire sur lui-même à moins d’arracher chaque couche de protection entre son âme et ses livres. Chaque mot devrait provenir du plus profond de ses tripes, quitte à lui déchirer la chair et les os pour se libérer ; horrible, sincère, sanglant, un peu terrifiant, mais totalement vrai.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *