Chroniques,  Contemporaine,  Historique

Avis | Vie secrète – Danielle Steel

Résumé

Une vie entre les lignes… Abandonnée par sa mère, Alexandra Winslow est élevée par son père, qui lui transmet sa passion pour les romans policiers. L’écriture est son refuge et elle y excelle. Lorsque son père meurt prématurément, Alex est recueilli par les religieuses du couvent local. Cette famille de substitution va l’encourager à poursuivre ses rêves et, à seulement 19 ans, elle achève son premier thriller.

Cependant, afin de percer dans un univers très masculin, Alex se cache sous un pseudonyme. Si le succès est au rendez-vous, cette double vie n’est pas sans conséquence. La jeune femme se sent parfois très seule et, entre rivalités et jalousie, paie sa réussite au prix fort. Peut-elle espérer rencontrer un jour quelqu’un à qui se confier ? Comme le dit le proverbe, tout vient à point à qui sait attendre…

 

Avis

Un résumé qui avait tout pour plaire, mais je ressors de ma lecture plutôt mitigée…

On suit ici Alex, depuis son enfance et de la mort de son père, jusqu’au moment où elle devient autrice à succès. C’est donc un large laps de temps, qui nous permet de comprendre les bases de l’éducation d’Alex et la façon dont elle s’est construite. Cependant, tout va trop vite et j’aurais aimé connaître plus en profondeur son enfance. Mais ici, la partie de sa vie la plus mise en avant est celle de “l’après succès”.

En effet, Danielle Steel explore dans son roman tous les préjugés du métier, ainsi que la place de la femme dans celui-ci. Il y a donc beaucoup de personnages fermés d’esprit et il faut avoir une grande patience en tant que lecteur pour les supporter. “Les femmes ne sont bonnes qu’à écrire des romans à l’eau de rose”, “tu es une femme, tu ne peux pas comprendre les romans policiers” et toutes les phrases de ce style font partie du roman. L’autrice affiche donc les personnages misogynes de par leurs paroles.

Mais Alex n’est pas au bout de ses peines. En effet, outre la misogynie dans son travail, elle subit aussi du harcèlement moral de la part des hommes. Elle a donc beaucoup de mal à trouver quelqu’un de bien, et on va voir ses difficultés de couple à travers chaque relation. Je trouve que cette partie est trop redondante. En effet, elle essuie échec amoureux sur échec amoureux, et à la fin on en vient à lever les yeux lorsqu’elle trouve une nouvelle personne car on sait déjà comment ça va se finir.

Pour conclure, j’ai bien aimé toute la partie qui traite de ses débuts en tant qu’autrice. On voit les différences entre cette époque et la nôtre, au niveau de l’écriture, de l’édition, mais aussi du milieu professionnel en général. L’autrice met en avant tous les comportements malsains qu’une autrice, à cette époque, peut faire face. C’est donc très dur à lire car j’avais envie d’en gifler plus d’un ! Cependant la fin est trop redondante et l’histoire tourne en rond.

 

Pages: 336

Édition: Presses de la cité

Date: 7 Janvier 2021

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *