les maccoy 4 alexiane thill
Chroniques,  Historique,  Romance

Avis | Les Maccoy 4 – Alexiane Thill

Résumé :

Annabelle MacKenzie vit une existence protégée à Eilean Donan, le château de son Clan. Prunelle des yeux de ses parents, elle a été éduquée pour exceller dans tous les domaines qu’une future épouse de haut rang doit maîtriser. Et son fiancé est choisi : Darren Campbell, le fils d’Henry Campbell dont la main s’étend peu à peu sur toute l’Ecosse.

Mais Annabelle ignore que son Clan est allé trop loin dans sa soif de vengeance face aux MacCoy : les MacKenzie ont enlevé Xander, le fils de Phèdre et Caleb, et menacent de le livrer à Campbell…

Dyclan est le Limier du clan MacCoy. Spécialiste du pistage et des opérations discrètes, il est chargé par les parents acculés de capturer Annabelle, afin de disposer d’une monnaie d’échange pour récupérer leur bébé. Mais rien ne se passe comme prévu. Forcé de traverser les Highlands à pied avec sa prisonnière, Dyclan doit la conduire sur l’île d’Inchkeith avant qu’il ne soit trop tard. Cependant, quand la candeur d’Annabelle ravive les blessures de son passé, sa loyauté se retrouve ébranlée…

 

“Nous ne sommes que des hommes cherchant à jouer aux dieux.”

 

Avis :

Encore un coup de coeur pour ce tome 4 de la saga des Maccoy !

On suit ici l’histoire d’Annabelle MacKenzie et de Dyclan (Le Limier), soit deux ennemis jurés. En effet, Annabelle fait partie du clan des “méchants”, alors que Dyclan appartient au clan des MacCoy. Quand j’ai lu le résumé pour la première fois, j’étais super heureuse d’avoir enfin un point de vue extérieur au clan MacCoy, qui plus est les MacKenzie. Enfin on a pu voir (en partie) l’étendue de l’imagination d’Alexiane Thill, et j’ai adoré ! 😁

Annabelle m’a directement surprise. Elle ne ressemble pas à son père ni à son clan. C’est une jeune fille calme et introvertie qui se plie malgré elle aux us et coutumes. J’ai adoré son personnage car je me suis beaucoup retrouvée en elle. Son caractère change aussi de celui des filles MacCoy / MacLeod qui ont un caractère de feu. 🥵

Dyclan, quant à lui, est une véritable tête brûlée. Je suis tombée petit à petit in love de ce personnage. On sent son besoin de liberté dans sa façon d’être et de parler, et c’est sur lui qu’Annabelle va prendre exemple par la suite. Il a certes plein de défauts au niveau de son comportement et au niveau relationnel, mais cela le rend d’autant plus touchant.

Par rapport au déroulement de l’histoire, la première moitié est consacrée à l’enlèvement d’Annabelle et du périple qu’ils font à pied. Cette partie n’est pas riche en évènements mais je ne me suis pas ennuyée pour autant, la plume d’Alexiane Thill y est pour quelque chose. Cependant, pendant la deuxième partie, j’ai été complètement happée par l’histoire. 🤯 Les événements s’enchainent et la romance prend place petit à petit, ce qui fait qu’on tourne les pages encore plus vite.

En effet, il s’agit là d’une romance slow burn. Elle est très lente mais la tension entre les deux personnages est là, ce qui rend la romance addictive. J’ai adoré ce style à la Roméo et Juliette version Écossaise ! Il y a d’ailleurs parfois quelques clichés, mais ils sont super bien amenés et je me suis retrouvée à fan girler sur les personnages. 😂

Pour conclure, je dois dire que j’ai quand même préféré le tome 1 et 3 (Duncan for ever 🥰) mais j’ai quand même trouvé l’histoire addictive. Le seul point négatif pour moi est que je m’attendais à plus d’actions par rapport à la guerre des clans. Ce tome est plus centré sur les personnages, leurs relations, leurs caractères, et il traite aussi de plein de sujets de société : la place des femmes, la place des clans, les regrets, les trahisons, etc. Pour finir, je pense qu’il est inutile de vous préciser que je vous recommande cette saga à 1000% vu la propagande que j’en fais. 😂

 

Pages : 630

Éditions : Hugo roman (poche)

Date : 9 septembre 2021

 

Ma note : 18/20

 

“Au nom d’un conflit, on tue, on pille, on vole, on arrache des enfants à leurs parents… Sommes-nous si peu évolués en dépit de tous les beaux discours pour en arriver encore à de telles extrémités quand l’homme est capable de voler et de marcher sur la lune ?”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *