Maybe it's love
Chroniques,  Romance

Avis | Maybe it’s love – F. V. Estyer

L’amour ? Danila préfère laisser ça aux comédies romantiques auxquelles il est accro. Il a depuis longtemps compris que le happy ending, ce n’était pas pour lui, et ce n’est pas son boulot de détective privé qui va le faire changer d’avis. Il est peut-être blasé par les multiples affaires d’adultère, mais au moins il gagne bien sa vie. On ne peut pas tout avoir, pas vrai ?

Jusqu’au jour où Claire débarque dans son bureau pour travailler pour lui. Claire et sa langue bien pendue, son addiction au tabac et ses cheveux bleus… Claire qui fait renaître en lui des sentiments qu’il croyait morts depuis longtemps. Jeune et pleine de vie, elle semble redonner un sens à la sienne et paraît déterminée à gratter sous sa carapace d’homme bourru. Entre deux enquêtes, trouveront-ils l’amour ?

 

“La vérité, c’est que l’électricité qui nous entoure constamment finira par nous électrocuter.”

 

Avis :

Une très bonne lecture !

On suit ici Claire, une jeune femme qui est embauchée par Danila en temps qu’assistante de détective. Un job pour le coup hors norme, et qui promet plein de péripéties ! Et dès le début, ça commence fort. En effet, les deux protagonistes sont complètement différents l’un de l’autre.

J’ai absolument adoré les personnages. Claire n’a pas sa langue dans sa poche. Elle n’hésite pas à envoyer pique sur pique lorsque quelque chose ne lui plaît pas et elle ne se gêne pas à le faire comprendre à son patron. Danila, lui, est l’archétype de l’homme bourru, froid, toujours grognon. J’adore ce genre de trope et je pense que je ne m’en lasserai jamais !

Par rapport à la romance, il s’en passe des choses ! C’est une romance slow burn qui frôle le hate to love. Il faut savoir qu’il y a beaucoup de scènes de sexe, ce que je n’aime pas forcément. Et là, j’admire la plume de l’autrice qui a su me faire apprécié la romance. En effet, la tension est palpable tout au long du roman, et l’alchimie entre les deux fonctionne tellement bien que la romance est super addictive.

J’ai aussi beaucoup aimé les thèmes abordés par l’autrice, et notamment la bisexualité de Danila, qui est une chose que l’on voit très rarement dans les romances. C’est fait de manière assez discrète, mais on sent que l’autrice pointe du doigt avec délicatesse les inégalités dans la société par rapport à la sexualité et au genre.

Pour conclure, ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains car F. V. Estyer explore la sexualité sans tabous. De plus, les scènes de sexe se font de plus au plus nombreuses au fur et à mesure du roman. J’avoue que ça m’a un peu lassée à force, c’est pourquoi j’ai décroché à la fin. Autre point négatif : le schéma “je ne te mérite pas donc ne restons pas ensemble” que je déteste dans les romans. Sinon, ça a été une très bonne lecture, très addictive !

 

Pages : 456

Édition : Hugo Poche (Fyctia)

Date : 2 décembre 2021

 

Ma note : 15,5/20

 

“J’ai laissé Claire passer mes barrières, je l’ai laissée me rappeler combien c’était bon de faire confiance. De sourire, rire avec quelqu’un. De sentir cette connexion, cette complicité entre deux êtres. Je croyais réellement que je parviendrais à garder le train sur les rails; c’était mal connaître mon assistante. En douceur, elle s’est créé une place dans mon cœur, alors que je pensais qu’il n’en restait aucune.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *